Le "F-Slur" : D'où vient-il et comment certains se le réapproprient ?

9.1.2022
Mike Givens

Avertissement de contenu (CW) : Le texte ci-dessous contient l'utilisation d'insultes.


La réalité est triste mais vraie : "Pédé" est, et a souvent été, utilisé pour décrire négativement les personnes LGBTQ2S+, en particulier les femmes. 

Peu importe si vous êtes.. :

  • un garçon de 14 ans avec une démarche efféminée
  • un homme de 50 ans qui aime se peindre les ongles
  • ou quelqu'un qui aime s'habiller comme bon lui semble.

" Pédé " est un cruel fourre-tout utilisé pour décrire, typiquement, tout homme gay, à la voix douce, ou qui ne correspond pas à la définition stéréotypée (toxique) de la masculinité. 

Les "vrais hommes" couchent avec des femmes, jurent, crient, font du sport, ne pleurent jamais, sont toujours prêts à se battre et ne portent pas de vernis à ongles, de maquillage, de nombreux bijoux ou quoi que ce soit qui remette en question leur masculinité, n'est-ce pas ? 

Des livres peuvent être, et ont été, écrits sur la genèse de cette vision étroite de la virilité. Son utilisation dans la langue anglaise américaine remonte en fait au début des années 1900, mais comme pour tant d'autres mots, ses véritables origines sont un peu mystérieuses. 

Heureusement, la résilience des personnes LGBTQ2S+ au fil du temps a permis de s'approprier le mot, de lui retirer un peu de sa piqûre et de le récupérer comme un descripteur commun pour les hommes féminins queer. Tout comme le mot "queer", le temps et la défense des droits ont permis à certains membres de la communauté de récupérer le mot "faggot" et de le déstigmatiser au sein de la culture LGBTQ2S+. 

Si la dureté du mot ne disparaîtra jamais vraiment, certaines personnes LGBTQ2S+ ont réussi à s'approprier le mot et à en réduire la toxicité en l'utilisant comme une marque d'honneur. 

La banalisation des termes "pédé" ou "tapette" dans les expressions familières utilisées pour décrire les personnes LGBTQ2S+ a permis de récupérer le sens de ces termes et d'éliminer un peu du venin qui leur a été injecté au cours du siècle dernier. 

Mais d'où vient exactement le mot "pédé", et pourquoi a-t-il été utilisé comme une arme contre les personnes LGBTQ2S+ ? 

D'où vient l'injure F ?

Savez-vous ce qu'est le domaine de l'étymologie ? C'est l'étude des origines des mots et de leur évolution dans le temps. Et, cher lecteur, vous êtes sur le point d'avoir une leçon d'étymologie. 

En 1914, un auteur nommé Louis E. Jackson a publié un livre de 102 pages intitulé "A Vocabulary of Criminal Slang, With Some Examples of Common Usages". L'objectif de ce livre était de servir de dictionnaire des mots courants utilisés par les individus peu recommandables de la culture américaine. 

Sous l'entrée pour "Drag," cette phrase a été incluse : "Tous les pédés seront habillés en drag queen au bal de ce soir." 

Le mot "faggot" ne fait pas l'objet d'une entrée spécifique, mais il a été utilisé dans une phrase type afin de montrer comment le mot "drag" est utilisé dans la culture quotidienne. Il s'agit de l'un des premiers exemples d'utilisation du mot "faggot" en Amérique. 

Neuf ans plus tard, le sociologue américain Nels Anderson publiera un livre, "The Hobo : The Sociology of the Homeless Man". Ce livre est une étude de l'itinérance et de la pauvreté et utilise également deux fois le mot "pédé"

"Les fées ou les pédés sont des hommes ou des garçons qui exploitent le sexe à des fins lucratives", disait la première entrée, tandis que la seconde disait : "Le long des caniveaux, informe, pédé/avec la tête tombante et les pieds qui saignent....". 

L'utilisation du mot " faggot " par Jackson est conforme à la compréhension commune que nous avons de ce mot en 2022. La première utilisation du mot "fag" dans le livre d'Anderson correspond également à notre compréhension commune du mot - les travailleurs du sexe masculins qui couchaient avec d'autres hommes, quelle que soit leur orientation sexuelle, étaient considérés comme des "fagots" ou des "tapettes".

L'utilisation de "fagged" illustre toutefois la diversité et le mystère du langage : Ce mot est destiné à désigner l'épuisement et n'a rien à voir avec le fait de tourner quelqu'un en dérision pour son orientation sexuelle. En fait, le terme "fagged" est typiquement associé à l'anglais britannique. 

Alors que les termes "faggot" et "fag" étaient utilisés comme péjoratifs en anglais américain, l'anglais britannique ne reflétait pas cet usage particulier. Au Royaume-Uni, un "faggot" faisait souvent référence à un plat traditionnel de boulettes de viande à base d'organes de porc ou était utilisé pour décrire un paquet de bâtons. Un "fag" était associé à une cigarette en vrac.

Alors que les termes "faggot" et "fag" ont proliféré dans l'anglais américain au début des années 1900, ils étaient largement compris comme un américanisme dans d'autres parties du monde. Des mots comme "pouf" et "pédé" étaient plus couramment utilisés au Royaume-Uni pour décrire un homosexuel. 

Bien entendu, au fur et à mesure que le XXe siècle avançait, aux États-Unis, les livres, les magazines, le théâtre, la télévision et la musique ont intégré l'utilisation des mots "faggot", "fag" et "faggoty". Comme tant d'autres mots qui causent du tort, ils sont devenus une partie du lexique américain. 

Le mot "pédé" est-il dangereux ? 

En 1978, l'auteur gay Larry Kramer a publié un roman, "Faggots", sur le mode de vie gay à New York dans les années 1970. Se déroulant avant l'épidémie de sida, le roman explore le style de vie insouciant - et parfois hédoniste - d'un groupe d'hommes homosexuels. 

Le roman a suscité la controverse au sein de la communauté gay de l'époque, certains étant offensés par l'utilisation du mot et la description du mode de vie gay. Bien que le roman soit censé être une satire, il s'agit d'un exemple précoce d'un homme gay se réappropriant un mot souvent utilisé comme une insulte. 

Cela pose la question : L'utilisation du mot "pédé" est-elle préjudiciable aux personnes LGBTQ2S+ ? Il n'y a pas de réponse facile. Si certains peuvent considérer le terme comme inoffensif, d'autres peuvent le trouver blessant et démoralisant. 

D'autres encore n'ont pas d'opinion sur ce mot, tandis que d'autres le trouvent profondément nuisible - et débilitant - pour le mouvement des droits LGBTQ2S+. 

Comme tout autre groupe de personnes, les personnes LGBTQ2S+ ne sont pas monolithiques. La communauté est composée d'un large éventail d'expériences vécues, d'antécédents, d'identités, de points de vue et de niveaux de confort variables en matière d'orientation sexuelle et d'identité de genre. 

L'homosexuel refoulé qui vit à Toronto peut (en privé) trouver que "pédé" est un mot qui lui brise l'âme, tandis que la drag queen de Montréal peut trouver ce mot hilarant et l'utiliser régulièrement dans un numéro de stand-up ou une performance musicale. 

Il y a même un désaccord sur la question de savoir si les femmes homosexuelles sont "autorisées" à utiliser ce terme dans la communauté LGBTQ2S+. 

Il n'y a pas de "règle" claire régissant l'utilisation du mot et de ses implications - et c'est très bien ainsi. La diversité des expériences et des opinions concernant les mots "pédé" ou "tapette" signifie que, en tant que communauté, nous pouvons mieux comprendre l'histoire de ce mot et en supprimer les stigmates. 

Supposons que tous les membres de la communauté LGBTQ2S+ trouvent le mot offensant, nuisible et inacceptable. Dans ce cas, il se peut qu'il n'y ait pas de volonté de le normaliser et de supprimer son caractère dérisoire. Si nous trouvons tous que le mot est trop blessant et déclencheur, nous ne serons peut-être pas prêts à nous l'approprier.  

Ainsi, la réponse à la question de savoir si "pédé" est vraiment un terme nuisible est très simple : C'est à vous de décider comment vous le percevrez personnellement. Le contexte et la manière dont vous l'utilisez comptent.

Récupérer l'injure F

En 2009, Erin Davies a fait l'expérience de sa propre forme d'intolérance. Parce qu'elle arborait un drapeau de la Fierté sur sa voiture, quelqu'un (ou des personnes) a décidé de peindre à la bombe les mots "fag" et "U R Gay" sur son véhicule. 

Plutôt que de s'asseoir sur un sentiment de découragement, elle a canalisé cette énergie dans une tournée de 58 jours à travers les États-Unis et le Canada. Elle a conservé les insultes sur sa voiture et en a profité pour rencontrer différents membres de la communauté LGBTQ2S+ et discuter de leurs expériences en matière d'intolérance. 

Elle a filmé cette expérience, et "Fagbug", un documentaire de plus de 80 minutes, est né. Comme tant d'autres personnes qui ont dû faire l'expérience de la dégradation que peut entraîner le mot "pédé" ou "faggot", elle a choisi d'en faire un moment d'apprentissage et de mettre en lumière le problème de l'homophobie. 

Le documentaire de Davies est représentatif de ce que la culture LGBTQ2S+ fait depuis des années lorsqu'il s'agit de se réapproprier un terme et d'en explorer le pouvoir. 

Vous avez déjà entendu le terme "tapette" ? Elle est utilisée pour décrire une femme hétérosexuelle qui est amie proche d'un homme gay. L'équivalent masculin est "fag stag" (note intéressante : les hommes hétérosexuels ayant des amis gays proches sont également connus sous le nom de "mouches à fruits").

À l'ère d'Internet et des médias sociaux, de plus en plus de personnes se réapproprient des mots qui étaient habituellement utilisés comme des termes de dérision. "Pédé", "pédé", "gouine", "travelo" et "fée" ne sont que quelques termes qui ont été réappropriés par leurs membres respectifs de la communauté LGBTQ2S+. 

Encore une fois, chacun d'entre nous est le juge de la manière dont un mot s'applique ou sera interprété. Et avec ce pouvoir vient le pouvoir de confronter et d'éduquer les autres. Permettrez-vous à un membre de votre famille d'utiliser ce mot en votre présence lors d'une réunion de vacances ? Allez-vous laisser passer l'ennuyeux collègue qui utilise ce terme pour décrire les personnes qu'il n'aime pas ? 

Si vous êtes l'arbitre de ce que le terme signifie pour vous, vous êtes également tenu de respecter les sentiments des autres personnes LGBTQ2S+ et leur expérience du mot. 

Et pendant que vous négociez et acceptez les mots dans votre propre vie, des organisations comme GLAAD, PFLAG Canada, ProudPolitics Canada et Interligne continueront le travail vital de défense des intérêts du public pour s'assurer que la stigmatisation attachée aux identités LGBTQ2S+ soit réduite - et éliminée, un jour.

Écrit par :
Mike Givens

Mike Givens est titulaire d'une licence en marketing et en littérature anglaise de Virginia Tech. Il est titulaire d'un master en journalisme d'investigation de l'université de Boston. Défenseur de la justice sociale, il est directeur de la communication à plein temps d'une organisation internationale de défense des droits de l'homme en Nouvelle-Angleterre. Il consacre son temps libre à écrire sur une série de sujets, allant des droits des LGBTQ+ aux inégalités de revenus, en passant par la santé sexuelle et la politique. Il est également rédacteur indépendant.